Révision

La plupart des articles (traductions exceptées) ont été révisés au cours de l'automne 2014, d'où certains anachronismes au regard de la date de publication.

mardi 11 juillet 2017

Nouveau brevet, quand la compétence se fait note

La plupart des établissements de France et de Navarre n’ont pas abandonné, malgré la forte pression du ministère, les notes. La plupart des professeurs de France et de Navarre se trouvent donc condamnés à la double tâche d’évaluer leurs élèves par des notes et par des compétences. Le nouveau brevet a parfaitement acté cette situation puisqu’il invite à évaluer les élèves à la fois par un système de validation des compétences, elle mêmes transformées par le miracle des conseils de classes – et les rectifications opérées par la hiérarchie – en… notes.

http://actualites.ecoledeslettres.fr/education/nouveau-brevet-competence-se-note/

Une vie de Maupassant - octobre 2016

Extrait de la préface :
Lorsqu’il publie Une vie en 1883, Maupassant a déjà derrière lui une carrière d’écrivain reconnu : il s’est fait une place dans le monde des lettres en faisant paraître des nouvelles dans les journaux, « La Main d’écorché » (1875) témoigne de son inclination pour le fantastique mais c’est avec « Boule de Suif » intégrée aux Soirées de Médan, recueil-manifeste de la jeune génération naturaliste, que Maupassant remporte son premier grand succès en 1880.
Succès immédiatement assombri. Alors que la nouvelle paraissait le 14 avril, le 8 mai, Flaubert, le maître révéré, le mentor admiré, le parrain littéraire, disparaissait, victime d’une hémorragie cérébrale. L’auteur de Madame Bovary qui avait assisté les débuts du jeune écrivain et vivement encouragé le projet d’Une vie ne verrait donc jamais le premier roman de son élève achevé.

Il faut dire que, bien vite, le projet avait semblé encombrer le jeune homme : en décembre 1877 c’était un Maupassant plein d’espoir qui communiquait le « plan de son roman » à Flaubert. Lequel se montrait enthousiaste puisqu’en janvier 1878 le romancier débutant pouvait, dans une lettre à sa mère, décrire la réaction du grand homme : « Ah ! oui cela est excellent, voilà un vrai roman, une vraie idée ! »

PJ Harvey and Ramy Essam - The Camp



 I saw children through a fence
Standing by blue canvas tents
I called to them, they move like ghosts
Gliding silent and remote

A girl who smiled was a straight lie
Looked like a creature out of time
 A grey boy burned by cigarettes
Pushed his scarred hands through the fence

When I turned, and tried to run
 I saw ten thousand children
Were laid in lines wrapped in white sheets
Along a godforsaken street

I prayed an angel from the clouds
Would free the children, free them, oh oh
I prayed and waited for an age
I waited but no angel came

J’ai vu des enfants derrière une clôture
Qui attendaient devant le bleu des tentes
Je les ai appelés, ils se meuvent comme les spectres
Dans le silence et la solitude

Le sourire d’une petite file, comme une créature
Hors du temps, n’était qu’un mensonge
Un garçon au teint jauni par le tabac
Tendait ses mains abîmées à travers la clôture

Quand j’ai tourné, tenté de courir
J’ai vu dix mille enfants
Etendus, alignés dans des draps blancs
Tout au long d’une rue paumée

 J'ai prié qu’un ange descende des nuages
Qu’il libère les enfants, libérez-les, oh oh
J'ai prié et j'ai attendu une éternité
J'ai attendu mais aucun ange n'est venu

vendredi 7 juillet 2017

Collège 2017, le retour du bon sens?

La réforme des collèges a-t-elle vécu ? Il semblerait que ce soit le cas et les collègues qui s’en plaignent ne devraient pas être pléthore. La réduction des EPI est une bonne nouvelle, elle a engendré des heures de concertations stériles, des projets qui n’ont enthousiasmé que leurs initiateurs et se sont achevés dans une indifférence générale révélatrice. http://actualites.ecoledeslettres.fr/education/college-2017-retour-sens/